Publié dans A côté de soi, Non classé

A côté de soi #11

Le lendemain, il ne reste à Mathilde que la cuisine à mettre en carton. Des copains seraient là en début d’après-midi avec un camion. Ils se chargeraient de tout transporter pendant qu’elle serait chez le notaire. Thibault lui envoie un message pour savoir si tout s’était bien passé. Elle lui demande d’acheter du Sopalin et un paquet de pâtes avant de rentrer. Elle lui rappelle qu’il ne faut pas qu’il se trompe d’appartement ce soir, que cette semaine elle serait au bureau, en revanche la semaine prochaine elle serait en tournage en Ardèche. Thibault conclut l’échange par un ok.

Publié dans A côté de soi

A côté de soi #10

Mathilde aimait bien jouer avec Romain. Elle n’était plus à l’âge où on dit qu’on a un amoureux et pas encore à celui où on cherche un petit copain. Juste, elle aimait bien Romain. Comme dans toutes les colos, le dernier soir était celui de la boum. Comme dans toutes les boums de toutes les colos, il y a eu le moment des slows.  Et voilà comment sur le duo Elsa – Glen Meideros est arrivé ce qui devait arriver.

Dans le car du retour, tout le monde s’était échangé les adresses. D’après la boite à chaussures, il n’y a qu’avec Romain qu’une correspondance se soit installée. Sur la dernière carte postale, aucun indice de ce qui avait pu mettre un terme à ces échanges épistolaires. Mathilde repose la boite à chaussure et ferme le dernier carton du salon.

Publié dans A côté de soi

A côté de soi #9

Le jour du départ, sa timidité avait remis en question son rêve d’évasion. Elle n’arriverait jamais à se faire des copains. Elle était persuadée que les autres se connaissaient déjà tous, qu’aucune fille ne voudrait partager sa chambre. Le cœur gros, elle est monté dans le bus. Peu après le départ, un mono est venu s’asseoir sur un accoudoir non loin d’elle. Une vingtaine de kilomètres plus tard, les rires fusaient, les amitiés naissaient.

Mathilde partageait sa chambre avec des filles plus vieilles, elles étaient en quatrième. Un soir, juste après le passage des monos, elles se sont mises à parler des garçons de la colo.

Publié dans A côté de soi

A côté de soi #8

C’était à la fin de la sixième. Les parents de Mathilde n’avaient pas pu prendre de vacances. Ils avaient proposé pour la première fois à Mathilde de passer une semaine en colonie. Elle avait accepté : l’idée de passer son été entre la piscine municipale et le jardin avec son petit frère ne l’enchantait guère. Sur le catalogue de la colo, on voyait des ados rire autour d’un feu. Elle était si excitée par la liberté qu’allait lui offrir ce séjour.

Publié dans A côté de soi

A côté de soi `#7

Elle hésite à lire le courrier de son adolescence. Elle n’est pas du genre nostalgique. Elle trouve assez absurde les gens qui recontactent vingt ans après leurs anciens camarades de collège. Si on ne les voit plus, c’est qu’on a pris des chemins différents. A quoi bon chercher à faire semblant qu’on n’a pas tant changé que ça ?

Autant Carole, Hélène, Valérie, Virginie et Christelle ne lui ont laissé aucun souvenir. En revanche Romain…

Publié dans A côté de soi

A côté de soi #6

Il lui aurait fallu mettre un coup de blanc avant de donner les clés aux nouveaux propriétaires. Elle essaye de joindre Thibault pour avoir son avis. Son portable est éteint. Elle retourne à ses cartons. Dans le dernier, elle aperçoit la boite à chaussure dénichée lors de son exploit d’équilibriste.

En l’ouvrant, elle découvre un carnet rose, une dizaine de cartes postales reliées par un élastique à cheveux signées d’un certain Romain et tout un tas de cartes d’anniversaire, de bonne année et de vacances.

Publié dans A côté de soi

A côté de soi #5

Sa pizza arrive en même temps qu’un coup de fil du tournage. Camille a trouvé comme prétexte l’achat de tabac à rouler pour aller l’appeler en cachette du reste de l’équipe. Elle est au bord des larmes. Aucune image ne pourra être exploitée. Rien ne s’est passé comme prévu. Elle veut rentrer chez elle, maintenant.

Comme chaque soir de tournage depuis un an, Mathilde écoute Camille, trouve les mots pour qu’elle ne laisse pas tout en plan. Leurs appels se terminent toujours de la même manière. L’une a toujours trouvé un super morceau qu’il faut absolument que l’autre écoute. Ce soir ce sera du blues.