Publié dans Nos rêves d'enfant

Et voilà comment depuis janvier…

Après mon doctorat en psychologie, pendant presque 10 ans, j’ai travaillé dans le milieu de la formation. Mais pas n’importe lequel : celui de la formation des demandeurs d’emploi en grande difficulté d’insertion socio-professionnelle. Mon travail consistait à aider ces adultes à apprendre à lire, écrire et compter. 

J’ai ainsi travaillé pour plus d’une dizaine d’organismes de formation.

Et puis je me suis lassée : lassée des directions qui maltraitent leur équipe de formateurs, lassée des acheteurs publiques qui pensent qu’avec un budget divisé par deux il est possible de faire deux fois plus, lassée des marchés publiques attribués de toute évidence pas clientélisme, lassée de voir des coordinateurs de formation qui ne savent pas calculer un pourcentage, lassée de la lâcheté des centres de formation lorsqu’il s’agit d’affirmer des principes de laïcité.

Un jour, je déjeunais avec me copine Mylène. Mylène je l’ai rencontré en 2011. Nous étions toutes les deux formatrices auprès d’un groupe de jeunes dans une banlieue chaude. Une de nos collègues avait claqué la porte car le groupe avait eu la bonne idée de mettre le feu dans la salle. La responsable pédagogique devait avoir un très gros problème de téléphone et de boite mail à ce moment là car elle était très très difficilement joignable pendant toute la durée de la formation. Ensemble, nous avons survécu jusqu’au bout. C’est un peu notre Koh Lanta à nous! Alors autant vous dire que des expériences comme celle-là, ça crée des amitiés fortes!

Bref tout ça pour vous dire que je déjeunais avec ma copine Mylène et je lui parlais de mon envie d’écrire plus, d’écrire différemment.

J’écris depuis le CP. J’ai entretenu des correspondances, écrit des journaux intimes, tenu des blogs. J’aime tellement écrire que tous mes travaux de recherche universitaire ont porté sur l’écriture. Ecrire, ça me remplit.

Lors de ce déjeuner, je racontais aussi à Mylène mon envie de reprendre des études, pourquoi pas faire une deuxième thèse. Depuis que j’avais soutenu mon doctorat, j’étais comme un toxico en manque. M’engager dans un long parcours d’apprentissage me manquait. Alors entre un morceaux de soja et une bouchée de graines germées (nous étions en période végétarienne) elle me dit : « tu devrais regarder du côté de la formation de correcteur ». Je crois même qu’elle a rajouté au moment d’attaquer la purée de betterave  » tu sais, écrire ça pourrait être ton métier. »

Alors voilà un peu comment tout ça a commencé. Voilà comment depuis janvier, je me forme par correspondance au métier de correctrice. Voilà comment la semaine dernière j’en suis arrivée à signer un super contrat de rédactrice. Voilà comment l’écriture est devenue mon métier.

 

Illustration : Designed by Freepik

Un commentaire sur « Et voilà comment depuis janvier… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s