Publié dans La Fabrique

Le blues du businessman chinois

(Article précédent)

La fabrique, vue de l’intérieur, ça ressemble à une communauté hippie. Mais la fabrique, vue de l’extérieur, elle a tout d’une multinationale. Le site Internet affiche un bel organigramme avec conseil d’administration, président et directeur.

Jusqu’à il y a quelques mois, ces instances de direction étaient elles aussi un rassemblement de soixante-huitards idéalistes avec à sa tête un président tout aussi attiré par le Larzac que ses salariés. Lorsqu’il s’agissait d’aller chercher de nouveaux marchés, cette équipe faisait bonne figure parlant coût de production, rentabilité mais surtout qualité. Pour tous, la fabrique était une sorte d’atelier de haute couture pour aider les gens à réparer leur cerf-volant.

Et puis les soixate-huitards idéalistes ont vieilli. Le président a été rappelé à l’ordre par la maladie. Il a dû quitter son poste. Le conseil d’administration a alors été tenu de le remplacer au plus vite et a élu un certain Mr Panda à la présidence de la fabrique.

Mr Panda, je l’avais croisé il y a une quelques années. Il m’avait expliqué comment réduire les coûts de production et accroitre les bénéfices pour devenir une structure de plus en plus grosse. Lorsque j’essayais de lui parler des problèmes de réparation de cerf-volants, il balayait le sujet et revenait à des histoires de rentabilité. Mr Panda est poli. Je suis polie. Nous nous étions donc serrés la main et en étions resté là.

Mr Panda a donc été élu – dans la précipition semble-t-il – à la présidence de la fabrique peu avant l’été. Mr Panda – dans la précipition semble-t-il – n’a pas eu le temps de venir rencontrer les salariés. Mr Panda nous a juste fait parvenir cette petite chanson – dans la précipition semble-t-il… Quelque chose me dit que les prochains mois vont être difficiles.

« J´ai du succès dans mes affaires
J´ai du succès dans mes amours
Je change souvent de salariés
J´ai mon bureau en haut d´une tour
D´où je vois la ville à l´envers
D´où je contrôle vos univers

J´suis pas heureux et j´en ai pas l´air
J´ai jamais eu le sens de l´humour
Depuis qu´j´ai le sens des affaires
J´ai réussi et j´en suis fier

Au fond je n´ai qu´un seul regret
Ne pas avoir repris la fabrique plus tôt

Qu´est-ce que tu veux mon vieux?

Dans la vie on fait ce qu´on peut
Pas ce qu´on veut

J´aurais voulu être un cerf-voliste
Pour pouvoir faire mon numéro
Quand l´avion se pose sur la piste
À Vénissieux ou à Rillieux
J´aurais voulu être un cerf-voliste
Pour pouvoir vous crier dessus
J´aurais voulu être un cerf-voliste
Pour pouvoir inventer vos vies 
Pour pouvoir inventer vos vies » 

 

(Article suivant)

Designed by Freepik

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s